02. mai 2019

Président : Ruedi Tanner se présente aux élections !

Herbert Stoop tient sa promesse et quitte la présidence de la Chambre Suisse des Courtiers lors de l’assemblée générale de 2019. C’est avec grand plaisir que le Conseil d’administration est heureux de proposer son successeur. Ruedi Tanner se présentera à l’élection du nouveau président le 22 octobre 2019 à l’Aura de Zurich. En savoir plus sur Ruedi Tanner et sa motivation à devenir président de la Chambre Suisse des Courtiers.

Depuis combien de temps êtes-vous membre de la Chambre Suisse des Courtiers ?

Tanner : Wirz Tanner Immobilien est membre depuis le 1er novembre 2005.

Pourquoi êtes-vous membre de la Chambre Suisse des Courtiers ?

Tanner : Au départ, c’était probablement l’idée du réseau et l’intérêt d’échanger des informations. Aujourd’hui, nos employés apprécient avant tout le fait que nous puissions rapprocher les sujets, ce qui nous permettra de mieux profiler notre profession à l’avenir. En tant que moyenne entreprise, c’est aussi une question d’attitude et d’engagement envers notre association professionnelle, c’est pourquoi nous formons aussi des apprentis !

En quoi un courtier en CSC diffère-t-il des autres fournisseurs?

Tanner : Le courtier CSC n’est pas un feu de paille, il a de nombreuses années d’expérience avec une formation appropriée et doit réaliser un chiffre d’affaires régulier, ce qui lui permet de se développer davantage et de s’affirmer sur le marché. Il adhère également aux règles de conduite professionnelle de l’association et de la chambre.

L’immobilier raconte des histoires sur les gens et leur vie.
Remettre en question les espaces, c’est faire face à la vie.

Ruedi Tanner, Wirz Tanner Immobilien AG
Quelles sont les raisons de devenir président du CSC ?

Tanner : Au milieu de la cinquantaine, il est temps de faire face à la finitude de la vie professionnelle ; soit vous décidez de vous retirer par tranches en faveur du temps libre ou de l’engagement dans la culture et la société, soit vous relevez de nouveaux défis. Ceux-ci doivent cependant être authentiques et crédibles, sinon ils ne sont utiles à personne. Je compte parmi eux le Présidium de la SMK, car le développement est basé sur l’échange, surtout entre les générations et je vois ici l’impact pour tous ceux qui veulent participer !

Au cours des dernières années, la chambre de courtage s’est considérablement développée. Qu’est-ce qui va changer sous votre présidence ?

Tanner : L’établissement fort est basé sur un besoin de l’industrie et la perception du public. Cela a été réalisé grâce à l’excellent travail de mes deux prédécesseurs et de leurs équipes et devrait être poursuivi dans le cadre d’un partenariat fiable. Néanmoins, nous devrons certainement travailler encore plus dur à l’avenir pour parvenir à un ancrage public plus large, accompagné d’une assurance qualité crédible. Le fait de communiquer davantage en allemand bernois n’est certainement pas un inconvénient et peut aussi nous aider à ouvrir la porte de la Suisse romande !

Où voulez-vous établir des priorités ?

Tanner : L’échange entre les membres de la Chambre et un service qui touche la base est toujours au centre des préoccupations – la qualité passe avant la quantité ! L’opinion publique sur notre profession est encore faible et va jusqu’à dire que notre profession sera de toute façon remplacée « en ligne » à l’avenir. Cependant, si nous assumons de plus en plus le rôle de médiateur de l’habitat et appliquons ici un ensemble de valeurs authentiques et équitables, nous prouverons le contraire et offrirons ainsi à nos clients une valeur ajoutée. La numérisation nous offre cette opportunité, saisissons-la ! La convention des courtiers de cette année, intitulée « Je vous regarde dans les yeux », met un premier point d’exclamation, nous sommes heureux !